« Instants magiques en accords polyphoniques »
Ces quelques mots pourraient résumer dans leur essence les quatre jours du stage de chant polyphonique corse que j’ai suivi du 14 au 17 décembre. Quatre jours inoubliables dédiés à la découverte, à l’expérimentation, au partage d’une culture, d’une autre façon d’être. De rencontre aussi avec soi-même et avec l’autre, entre hier et maintenant.
Xinarca était le maître accordeur du groupe de femmes que nous composions.
Chaque timbre de voix avait sa signature qui, une fois reliée à celle de l’autre, sonnait dans l’accord cristallin.

Les yeux dans les yeux,
La voix dans la voix,
Etre UN dans un tout…

Et nous racontions les mots, et nous chantions les montagnes d’une Corse entre hier et demain. Et nous nous imprégnions chaque jour davantage de sa terre, de ses hommes et de ses femmes, de ses montagnes. De ses padre, de ses bergeries, de ses alpages à la pointe du ciel…

Oui, nous avons beaucoup voyagé, très loin aussi, entre l’espace et le temps, dans cette bulle de joie, de rires, de souffrance aussi à la recherche de notre voix profonde !

Xinarca était notre guide dans toutes ces terres inconnues, et nous le suivions sur ce voyage tellement long et court à la fois.

Le concert du dimanche – au coeur de l’église du village de Saint-Priest – fut une reliance de ce tout, lors duquel nous vous avons invités dans notre voyage sur sa dernière destination. Ensemble nous avons porté les mots Corse, décrivant dans nos possibles ses paysages dentelés, unissant dans nos êtres les mots du condamné, glorifiant Salve Regina,  scandant aussi le Perdono.

Tellement d’émotions vécues que ces mots sont décidément bien trop petits pour les contenir.

Merci à tous ceux qui, parmi vous, sont venus nous rejoindre pour accomplir la fin de ce voyage ensemble.
Merci pour votre présence, pour vos silences, pour les clochettes aussi que vous avez agitées avec joie au sommet des alpages !
Merci encore à toutes mes belles rencontres de ces quatre jours et maintenant de tous ceux à venir : Eliane, Nicole, Odile, Marie-Christine, Martine, Antoinette, Marie-Solange, Catherine et Nelly…

Et puis, bien sûr, un immense merci à toi Xinarca qui a su si merveilleusement nous relier dans un accord de voix qui « sonnent », dans de magiques bourdons à nous donner le vertige !
Merci aussi pour ta magnifique prestation qui imprègne encore les murs de l’église du vieux village et vibre en douceur dans mon âme.
Grâce à toi, j’ai découvert ma voix ; celle de mon coeur, de mes viscères. Ce n’est effectivement pas un chant,  je l’ai maintenant pleinement compris. C’est avant tout une façon de parler, d’ETRE, tout simplement.
Dorénavant, je chanterai autrement.