….. « Après la fin », que peut-il se passer ?
Que se passe t’il si le monde s’est dissous dans un combat, dans un brasier ?
Que se passe t’il s’ils ne sont plus que deux survivants : un homme et une femme ?
Que se passe t’il de leurs enjeux, de leurs envies, de leur vie en communauté réduite ?
Quels rapports  établissent-ils, quelles règles à suivre… ou pas ?
Et si la démocratie n’est pas possible, puisqu’ils sont moins de trois : quels seront l’accord et l’équilibre dans le confinement anti-atomique, enfouis dans le silence sous deux mètres de terre ?

C’est à travers tous ces questionnements – et bien d’autres encore – que l’auteur Dennis Kelly et le metteur en scène Baptiste Guiton nous emportent dans un thriller à couper le souffle, sous forme d’un huis clos sans trêve ni relâche.

Les deux acteurs Tiphaine Rabaud Fournier et Thomas Rortais nous bouleversent, nous suffoquent, jouant une multitude d’états intermédiaires aux dialogues tendus comme des lames de couteaux.

Il y est question du début, du milieu, de la fin, d’après la fin.

Au-delà d’après la fin, nous réémergeons, remplis de réflexions élargies, encore essoufflés. C’est le temps de juste après, dont aucun spectateur ne ressort indemne.

Comme j’aimais à dire lors du suivi de création auquel j’ai eu l’immense plaisir de participer au théâtre de Vénissieux, cette pièce ouvre inévitablement des caisses de résonance en chacun. Et ces caisses vibrent encore du son grave et profond de ce qui nous a touchés, par-delà la lumière qui ravive la salle.

Il y est question d’enfermement, de survivance, de peurs, de soumission contre domination, d’asservissement contre rébellion, d’équilibre en constante oscillation, de quête du pouvoir dans une possible nouvelle société, d’espoir aussi au coeur de tout cela, qui donne une force ineffable de résistance !… Mais je ne vous en dis pas plus de tout ce qui se met en marche sur l’espace temps court-circuité d’une heure trente en immersion !

A travers de nombreux échanges avec Baptiste, Tiphaine, Thomas, Sébastien et les autres magiciens de la compagnie L’Exalté, nous avons pu faire mûrir ensemble une première qui se promet d’encore évoluer. Toujours est-il que ce 18 janvier, lors de la première au théâtre de Vénissieux, tout était de l’ordre du fraîchement éclos pour ce puissant projet finement acéré.

Aussi, c’est remplie d’enthousiasme que je vous dis ceci : n’opposez aucune résistance et venez découvrir ce fascinant thriller sur planches obscures !
Les prochaines représentations sont en direct du TNP à Villeurbanne, du 29 janvier au 21 février. Vous trouverez bien une date pour vous y rendre ?