Les flots mugissent
Des cris engloutis,
Des êtres en supplice
De mort investis.

Par la peur, le vice,
L’aigreur et l’envie
Qui dans l’eau croupissent,
Glissant sans un bruit.

Corps et âmes saisissent
Les racines, s’y lient
Sur cet interstice,
Sombrant dans l’oubli,

Que le Guetteur hisse,
Passant les êtres soumis,
Et leurs âmes convertisse,
En nouveaux cycles de vie.

Le Passeur

Le saule solitaire était un être à part entière.

Technique(s) : Peinture
Matériaux : Acrylique sur toile
Dimensions (cm) : 60 X 90
Date : 2016

Prix : 800 € | J’achète !