Heures hindoues, Etienne Daho

Etienne Daho a bercé ma journée de mille voyages immobiles…
Du bonheur emprunt de douceur, dans cet entre-deux d’hier à demain.
« Soudain » m’offrait un vibrant, un tendre bout de paradis, une sensation ouatée d’un silence de velours soulignant ma rencontre d’êtres magiques au creux d’une forêt…
Dans ma joie qui s’étirait, je glissais lentement vers les heures de la nuit ; celles, hindoues, qui me relient à tout ce que je fus, tout ce que je suis, tout ce que je serai.
Il est, comme cela, des chansons qui suivent tous les fils de votre vie.
Dans ce fil conducteur qui est mien, en filigrane, au-delà des mots d’Etienne, il y a mes émotions, il y a mes mots qui m’accompagnent.
Et puis ceux que je tais parce qu’ils parlent tant, qu’ils n’ont pas besoin d’être dits pour être intensément entendus.
Au-delà de cette puissante mélodie, il y a une harmonie qui équilibre ma vie de sa douce musicalité.
Tout est accord, tout est instant, et je suis dedans, tellement.
Tout part en apparence de quelques mots, d’une mélodie ?
Il y a les « Heures hindoues », que je recroise sans âge, au-delà de toutes les autres imprimées dans ma chair.
Celles qui m’ont construite dans tous mes jours, mes mois, mes années.
Il est des airs, comme cela, qui font partie de vous, qui ne vous quittent pas.
Que vous retrouvez sans âge, avec un bonheur ineffable
Prolongement musical de votre accord dans l’être, dans tout ce que vous êtes.
En lisant cela, peut-être avez-vous un air qui vous vient à l’esprit, en toute évidence ?
Partagez-le dans votre joie, sans ajouter un mot s’il n’est pas besoin d’en exprimer !
Je partage avec vous, quant à moi, mes « Heures hindoues », dans ce maintenant…