Le soleil était au rendez-vous pour cette 5ème édition de rencontres sur le marché des Minguettes. Soleil dans le ciel, soleil dans les coeurs…
Malika Mihoubi, créatrice du grand projet rassembleur, avait déplié son grand chapiteau, orné de fanions colorés célébrant les Chroniques Vénissianes.
5ème édition, l’avant-dernière… Que le temps passe vite !

Au fil de ces rencontres mensuelles, de nombreuses associations vénissianes ont été mises à l’honneur, portées par des femmes toutes plus passionnées, toutes plus exceptionnelles les unes que les autres. Des femmes militantes, des femmes investies, des femmes volontaires ; ce sont toutes ces femmes que Malika (Denise Vénissianes) photographie dans la lumière de la place publique, allant chercher et immortaliser leur beauté intérieure, de dedans à dehors.

Ce samedi 23 février, toujours en direct du marché des Minguettes, nous nous sommes toutes retrouvées en présence de notre chère Malika. Il y avait BLICK Photographie, Csx Darnaise, les participantes photographes aux appareils jetables, … et moi-même (nous avons toutes intégré le projet de Malika dès ses premiers jours vénissians, et c’est toujours plus d’émotions lorsque nous voyons comme il a si vite et richement grandi, et comme il nous a toutes rassemblées, de plus en plus nombreuses !)

A l’affiche de cette nouvelle édition: la création vénissiane sous toutes ses formes : les associations Traction Avant & Cie, Espace Pandora, ALMA et moi-même.

Au-delà de présenter mon activité artistique dans sa globalité, j’avais pris de partie de valoriser le talent de chacun pour parler sans les mots, juste à travers le dessin et le feutre qui glisse sur la feuille. Pas besoin d’avoir un niveau confirmé, il était juste question de raconter, de se raconter.
Les feuilles étaient très grandes, volontairement, pour que chacun puisse glisser sur le dessin de l’autre, prendre appui dessus, contourner, rebondir, se mélanger, se partager. Voici en quelques mots la description d’un « cadavre exquis. »
Libérer le geste, libérer le trait, libérer le mot dans sa pudeur attachée, dans une volute, dans un à peu près qui s’arrange, qui simplifie, qui allège…
Tous mouvements entremêlés, parfois en exergue, souvent conjugués sur des petits bouts de soi ; tous ces motifs ont joué leur jeu en même temps qu’ils ont libéré des maux, d’autres mots aussi, pour se sentir mieux.

C’était la plus belle chose qui soit : que chacun puisse se servir du dessin pour se libérer, pour aller mieux dans l’après… C’est ce qui s’est passé, dans l’accompagnement vers une feuille de papier partagée.
Merci Sélima, Hassan, Leyla, Claudine, Ikram, et toutes les autres belles personnes qui ont accepté de dessiner ensemble ce petit bout de l’histoire Chroniques Vénissianes.
Ornés de maisons, de coeurs, de fleurs, de chemins parsemés de questionnements, de souffrance, de joie, de bonheur ; des arbres ont poussé avec force et détermination, dont nous avons joint les racines pour ne former qu’un seul et immense arbre symbolisant la paix et l’amour fraternel.

C’était tout cela, ce 5ème rendez-vous vénissian : une bulle de liberté, d’expression, de partage, d’amour, de paix. Une bulle magique, encore plus rassembleuse, qui a brillé au soleil d’un marché, un doux samedi matin.

Immense merci à toi Malika, à vous tous qui êtes venus. Ce sont tous nos souffles conjugués qui ont fait gonfler, ensemble, cette magnifique bulle de bonheur !