Les cieux étaient à la douceur des mots qui viennent du coeur, des tripes, de l’envie de dire, de se dire.
C’était un jeudi de retrouvailles, d’au revoir aussi.
Retrouvailles avec mes chers amis poètes de la médiathèque, avec d’autres aussi venus de toutes parts et de tous ateliers qui s’étaient déroulés en terre vénissiane. Retrouvailles QueDuBonheur avec Muriel, Jean-Yves, Chantal, Babeth,… Ils étaient tous au rendez-vous !
Soirée d’au revoir célébrant Rémi Checchetto, poète de la 10ème résidence littéraire organisée par l’Espace Pandora et la ville de Vénissieux.

Les poèmes fleurissaient un peu partout sur les murs du cinéma Gérard Philipe, récapitulant une saison des mots (3 mois de résidence) riche et prolifique, intense et sensible, portée à pleines mains par le poète immensément généreux qu’est Rémi.

Le poète nous a gâtés pour son départ, avant sa migration vers un autre ailleurs : il nous a offert de vivre la lecture intégrale de son livre « Laissez-moi seul« . Il n’était pas seul sur scène, nous offrant cet autre cadeau que la venue de son ami de voyages Titi Robin.

Tandis que Rémi délivrait l’odyssée de ses mots, Titi jouait en écho, en respirations, du bouzouq, de la guitare, tirant des cordes de mots de ses doigts à nos coeurs.
L’instant était suspendu, le temps ne comptait plus, en migrances de toutes parts, en croisements en ce lieu, en cet espace, d’un jeudi 09 mai en partance.

Merci, immense merci à toi Rémi, à toi Titi, à vous Espace Pandora, la ville de Vénissieux sans qui tout cela ne serait pas. Merci encore et surtout à tous les participants qui ont construit la résidence, offrant par leurs mots des morceaux d’eux, en partage encore sur des temps de lecture.
J’ai offert deux lectures : « Péril d’airain » pour l’atelier médiathèque et « Sur la vitre de mes yeux » pour l’atelier Chroniques Vénissianes dans le cadre du projet magnifique de Malika Mihoubi.

Mes mots coulent de joie en vous racontant tout cela.
D’autres mots viennent en files, que je vous offre en partage, sur mes fils de pensées, sur d’autres poèmes en naissance… Patience, à très bientôt !