Il est une Mère,
Eternelle et sacrée,
Accouchée en tous temps,
En tous nos territoires

Alchimie magnifique
Au cœur des éléments
Figure mythologique
Consacrant les naissances.

Elles sont sa promesse
Elles sont notre avenir
Nourries de sa tendresse
Au cœur des descendances

Héritage d’amour
Rassemblant l’humanité
Dans la constance et la force
De mille cycles enfantés.

Et la Terre devient Vie,
Et la vie devient terre
En spirales d’énergie,
Harmoniques palpitations.

Ecoutez son cœur battre
Trait d’union entre tous
C’est le nôtre, enfants d’elle,
Déesse-Mère, universelle.

 

Oeniziya, Mère universelle,  est née lors d’un stage de bronze africain auquel je participais en ce début de juillet 2019.
Stage de joie, de rires, de riches apprentissages, sur un temps hors temps, dans un lieu magnifique en bordure de Saône…

L’artiste encadrant cette formation était Vincent de Paul Zoungrana, talentueux sculpteur de Ouagadougou, Burkina Faso. Sa bonne humeur nourrie de ses plaisanteries faisait briller chaque jour un peu plus le soleil sur et dans nos têtes ! Avec générosité, Vincent nous a transmis sa passion, son savoir-faire, mille petites astuces propres à la technique ancestrale de fonte à cire perdue.
Merci à toi Vincent. Merci à toi, Bachir Hadji, qui as organisé et mis en place ce stage pour qu’il se déroule le mieux possible. Merci à vous enfin, chers collègues d’apprentissage. Merci pour votre belle présence et pour votre confiance, quand je craignais que le temps passe trop vite… Et comme le soleil était bien au rendez-vous sur ce temps africain, ce stage fut intégralement un pur bonheur !

Dans toutes ces conditions réunies, Oeniziya a pu prendre forme dans la cire d’abeilles africaines, avant d’être lovée dans un moule en banco sur plusieurs épaisseurs, cerclé de métal de toutes parts pour la maintenir indemne.
La cire a ensuite été chassée par le feu, pour laisser place à la coulée de bronze liquide, alchimie délicate et dangereuse, toujours par le feu.
Est venu enfin  le temps de « casser le cocon », faisant émerger la sculpture définitive, encore brute de coulée.
Temps de nettoyage, d’ébarbage, de limage, de ponçage.
Temps aussi de quête de la pierre angulaire qui l’ancrerait dans sa base. Pierre ancestrale, nécessaire et évidente.

Et l’ensemble se dresse avec détermination, guidant mon regard au-delà de celui de l’enfant, plus loin encore, droit devant.
Oeniziya accompagne maintenant mon travail de création avec toute sa bienveillance maternelle, avec sa force aussi qu’elle me transmet, comme une évidence encore.

Technique(s) : Sculpture
Matériaux : Bronze et pierre
Dimensions (cm) : Longueur 20,5 X Hauteur 25 X largeur 12,5
Date : 2019

Prix : Réservé